Appelez-nous : 05 56 91 18 29 - de 8h à 21h du Lundi au Dimanche

Laurent spécialiste dans l’extermination de Frelons Asiatiques

7j/7 de 8h à 21h du Lundi au Dimanche

ENTREPRISE AGRÉÉE CERTIPHYTO (CERTIFICAT INDIVIDUEL PROFESSIONNEL PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES) – G.G.F. Société Éco-responsable

L’histoire de l’invasion du Frelons Asiatiques en Europe et d‘où viennent-ils ?

Comme son nom l’indique, vespa velutina nigrithorax» plus connu sous le nom de « Frelon Asiatique »  est originaire d’Asie. On retrouve cette espèce dans le Nord de l’Inde en Chine ou dans les montagnes d’Indonésie. Caché dans un chargement de poteries chinoises livrées en 2004 à Tonneins (Lot-et-Garonne). En quelques années, il a proliféré partout en France et s’est aussi répandu en Allemagne, en Belgique, en Espagne,  il y a une forte densité au Pays Basque, en Italie et dans le nord du Portugal. Cet insecte est apparu en France en 2004 s’attaque avant tout aux vergers et aux abeilles qui constituent sa nourriture préférée. Chaque année, une dizaine de personnes meurent victimes du frelon à pattes jaunes.

Nom scientifique : Vespa velutina
Longueur : Femelle: De 1,7  à 3 cm (Adulte, Ouvrière)

Classification supérieure : Frelons

Sous-famille : Vespinae
Les Frelons sont des insectes à métamorphose complète (holométabole). 

Définitions : Transformation profonde que subit un insecte en passant de l’état larvaire à l’état nymphal et de celui-ci à l’état adulte ou imaginal.

Comment reconnaître un Frelon Asiatique ?

Le frelon asiatique est très facile à reconnaître car c’est la seule guêpe en Europe à posséder une couleur aussi foncée. Vespa velutina est à dominante noire, avec une large bande orange sur l’abdomen et un liseré jaune sur le premier segment. Sa tête vue de face est orange et ses pattes sont jaunes aux extrémités. Il mesure entre 17 et 32 mm le Frelon Asiatique est un peu plus petit que le Frelon Européen.

Plus d’informations en fin de pages

Ses piqûres présentent la même dangerosité que celles des Frelons d’Europe ou que des Abeilles

Frelons asiatique

Frelons asiatique

frelons asiatique

frelons asiatique

Cycle de vie d’une colonie

La femelle fondatrice de Frelon Asiatique « vespa velutina nigrithorax » ne vit qu’une année. Le cycle de la colonie et le nid qu’elle génère est donc annuel.   Sa vie commence en automne et sa fécondation a lieu avant l’hiver.

Aux premiers gels sérieux, les jeunes femelles fondatrices nouvelle génération, quittent le nid et trouvent une cachette pour passer l’hiver (troncs creux d’arbres, talus, tas de bois, murs de pierres sèches, sous les toitures) partout où elles peuvent être à l’abri (seules ou à plusieurs).

Le reste de la colonie est abandonné à son triste sort, pénurie de nourriture et froid viennent à bout de la colonie et de la vielle reine ainsi la structure se dégrade avec les intempéries faute d’ouvrières pour l’entretenir.

Les statistiques démontrent que seul un très petit pourcentage ne survit à l’hiver.

A la sortie de l’hiver

A la sortie de l’hiver début du printemps et quand les températures s’adoucissent et deviennent favorables, la femelle fondatrice sort d’hibernation, se refait une santé pendant quelques jours puis démarre la construction de son nid. On va l’appeler « nid primaire » elle sera seule à œuvrer dans l’attente des premières naissances. Ces naissances n’arriveront qu’au moins 5 semaines et demi à 7 semaines et demi après la ponte : Durée nécessaire au développement d’un insecte de l’œuf au stade adulte en fonction de la température et de la quantité de nourriture que la larve reçoit si tout se passe bien.

 

Au tout début

Au tout début cela ressemble à un petit cordon suspendu terminé par un début d’alvéole dans lequel la femelle fondatrice pond son premier œuf. Tous les jours qui suivent, elle construit un début d’alvéole supplémentaire et y pond un œuf de plus. Dès la quatrième alvéole elle attaque l’élaboration d’un chapeau qu’elle étendra jusqu’à entourer complètement l’ensemble des alvéoles en une boule à peine plus grosse qu’une balle de ping-pong avec un trou au-dessous.

Si tout se passe bien

Au tout début de sa construction elle est seule à assumer la survie de sa colonie. Contrairement à la reine des abeilles, la fondatrice passe la plupart de son temps en dehors du nid. Elle récupère des végétaux pour la construction et de la pourriture jusqu’à la naissance des premières ouvrières. Une multitude de danger la guette : se faire piéger dans une bouteille paf et le chien ou plutôt la fondatrice en traversant la route, voir à défendre son nid contre une congénères qui voudrai le lui piquer  et bien d’autre aventure. La fondatrice sera remplacée dans son labeur dès la naissance des premières ouvrières, par la suite elle ne sortira plus du nid. Elle ne fera plus que pondre comme une reine 2 à 3 œufs jusqu’à 100 œufs par jour et jusqu’à épuisement en automne.

Au fil des jours

Au fil des jours, elle construit une deuxième et troisième enveloppe concentrique en cellulose (c’est un mélange de bois, d’eau et de salive) ce qui leur permet d’obtenir une véritable carapace qui résiste aux intempéries (pluie, vent).

 L’œuf se transforme vite en une larve qu’il faut nourrir plusieurs fois par jour avec des protéines exclusivement.

En deux semaines et demi à trois semaines, la larve atteint sa taille maximum. Puis, elle tisse autour d’elle un cocon de couleur blanc comme de la soie sous lequel elle va s’isoler pendant environ 3 semaines encore. Transformée en une nymphe, elle finira en (imago) frelon adulte et naîtra après avoir déchiré son cocon avec ses mandibules et s’extirpera hors de son alvéole. Puis tous les jours une à plusieurs naissances de frelons ouvrières supplémentaire naîtront. Aussitôt que l’alvéole est libérée, la fondatrice y pond un nouvel œuf.

A partir de la première naissance, la notion de nid primaire est abandonnée car tout va s’accélérer : population, ponte, approvisionnement, construction et agrandissement du nid, nourrissage, surveillance et défense de la colonie.

Développement larvaire

Une femelle pond un œuf dans une alvéole. Il éclos en une larve vermiforme qui effectuera 4 mues (5 stades larvaires). Au dernier stade larvaire, elle commence à tisser un opercule de soie pour fermer son alvéole, elle expulse alors tous les déchets qu’elle a accumulé lors de son développement en un excréments (le méconium), puis effectue sa mue nymphale. C’est durant ce stade que s’effectue la métamorphose ; toute l’organisation de l’insecte est modifiée pour ressembler à un adulte. La nymphe se colore progressivement puis effectue sa dernière mue (imaginale). L’adulte (imago) reste quelque temps dans son alvéole avant de découper l’opercule et d’en sortir. Ces naissances n’arriveront qu’au moins 5 semaines et demi à 7 semaines et demi après la ponte. Durée nécessaire au développement d’un insecte de l’œuf à l’adulte en fonction de la température et de la quantité de nourriture que la larve reçoit si tout se passe bien.

Au fil de la saison

Au fil de la saison

Ce sont les ouvrières (femelles qui ont le rôle de maçon) qui façonnent le nid en forme de sphère plus haut que large (comme une goutte d’eau) d’une grosseur qui peut dépasser les 40 cm de diamètre mais il évolue durant toute la saison du printemps à l’automne, lentement jusqu’en juillet et ensuite il peut prendre de 2 à 6 cm de diamètre par semaine ! Sa taille définitive peut atteindre de 70 à 80 cm de diamètre et peut accueillir en moyenne 1500 individus voir plus

Les nids les plus gros peuvent contenir de 13 à 15000 cellules voir plus (petits compartiments en forme d’hexagone comme les abeilles, guêpes etc…) où elle (la reine) pond et qui peuvent servir 2 à 3 fois durant la saisons.  L’intérieur d’un nid est très organisé. Il comporte des couches successives (sorte de galettes ou pizza) séparées les unes aux autres par des petits piliers ce qui en fait une structure très organisée.

Le nid dispose d’une seule et unique entrée qui peut être située à mi-hauteur pour d’anciennes colonies et en dessous pour les très jeunes nids.

Il peut avoir une ouverture de 1.5cm de diamètre qui est protégé par une sorte d’auvent.

Reine mère usée

À l’automne, la reine mère de la colonie est facilement différenciable de ses ouvrières car ses ailes sont très abîmées et elle n’a plus beaucoup de poils. Elle a perdu en partie sa coloration orangée (blanc cassé), par contre, les différences morphologiques entre les ouvrières et les jeunes femelles sexuées (futures fondatrices potentielles) ne sont pas visibles à l’œil nu (pas de différence de taille). Les fondatrices devront hiverner, ce qui n’est pas le cas des ouvrières, elles accumulent plus de réserves de graisses et sont alors plus lourdes que les ouvrières.

Son mode alimentaire

Il est composé principalement d’abeilles, le reste se compose d’insectes (chenilles, papillons, mouches, araignées) ainsi que des fruits de saison.

2 types de besoins alimentaires leur sont nécessaires pour l’expansion de la colonie.

Sucre : pour les dépenses énergétiques des adultes.

Protéine : pour l’élevage des couvains

Pourquoi les abeilles ?? : Lorsque celle-ci rentre à la ruche, elle vient de butiner, ce qui intéresse le frelon puisqu’elle détient à elle seule les 2 éléments.

Sucre dans le nectar récolté et elle-même pour la protéine.

Il repère une ruche rien qu’ à son odeur et à des kilomètres à la ronde.

Son mode de chasse envers les ruches

En règle générale, le Frelon effectue un vol statique à 40 voir 50 cm (par sécurité) devant la ruche, dos à celle-ci de façon à voir revenir les butineuses chargées de pollen et de nectars et surtout fatiguées de leur voyage.

Pourquoi cette distance de sécurité : rien que par sa présence, les abeilles sont en alerte, s’il est trop près, les gardiennes vont tenter de se défendre par un contact physique avec celui-ci c’est pourquoi le Frelon garde cette distance de sécurité.

Il guette l’abeille, ensuite il se jette dessus en l’agrippant entre ses grandes pattes jaunes et repart se poser sur une branche pas très loin de la ruche environ 4 voir 5 mètres ou plus. Là, le Frelon Asiatique commence son macabre travaille. Il lui coupe la tête, les pattes et les ailes.

Il se débarrasse de ce qui ne l’intéresse pas mais surtout de ce qui l’encombre et ce qui n’est pas comestible afin de ne transporter qu’une charge utile.

Il confectionne une boulette du reste de l’abeille et l’emmène à son nid pour la donner à manger aux larves. Les dégâts qu’il cause sur les ruches sont à leur paroxysme en fin d’été où il peut aller jusqu’à piller le couvain en plus de tuer les ouvrières.

Sucre : pour les dépenses énergétiques des adultes.

Protéine : pour l’élevage des couvains

Pourquoi les abeilles ?? : Lorsque celles-ci rentrent à la ruche, elles viennent de butiner. Ce qui intéresse le Frelon puisqu’elles détiennent en elles seules les 2 éléments principale de sa nourriture.

Sucre dans le nectar récolté et elle-même pour la protéine.

Il repère une ruche rien à son odeur à des kilomètres à la ronde.

Reconnaître le Frelon Asiatique

Frelon Asiatique : Aspect sombre en vol avec possibilité de rester en mode stationnaire pendant un long moment. Il laisse traîner ses longues pattes jaunes à l’arrière du corps d’où son surnom de « Frelons à pattes jaunes ». De près, il est entièrement noir. Les teintes de jaune tirent plutôt vers l’orange comparé au  Frelon Européen qui est véritablement jaune, les zones orangées sont sur les pattes, la face et une marque orange au niveau de l’abdomen.

Il est plus petit que le Frelon Européen, il mesure 3 cm contre 4 cm pour l’Européen il est moins long.

Reconnaître le Frelon Européen ?

 Le Frelon Européen – La taille de la reine peut atteindre les 4 cm.

Les autres membres : Les ouvrières sont plus petites avec une taille qui varie de 1,8 à 2,5 cm. Les mâles mesurent entre 2,1 et 2,8 cm.

La couleur : Le Frelon Européen apparaît sous 9 couleurs. Mais les dominantes sur l’ensemble de son corps varient entre le jaune, le roux voir orangé, le noir et  jaune et à son abdomen jaune rayé de noir. Son vol est bruyant

Différencier facilement les nids des 2 espèces :

  • Frelon Européen : Nid avec une ouverture large, supérieure à 10 cm, et située en bas (orientée vers le sol). Grâce à cette grande ouverture, il est possible d’apercevoir l’intérieur du nid. Son enveloppe est constituée de draperies lisses au début de la saison, celle-ci présentant des trous irréguliers en fin de saison

    Frelon Asiatique : Nid avec une petite ouverture, inférieure à 4 cm, située en bas au début de la saison puis sur le côté quand le nid dépasse les 15 cm. Il n’est pas possible d’apercevoir le couvain et l’enveloppe ne possède pas de trous.

Les sites de nidification varient selon les espèces :

  • Le Frelon Européen installe toujours son nid dans l’obscurité : trou dans un arbre, coffre de volet roulant, grenier… Il n’est donc pas possible de repérer un nid de frelons en pleine lumière ou à l’air libre. Le nid n’est pas visible depuis l’extérieur de la cavité dans laquelle il se trouve

    Le Frelon Asiatique niche à l’inverse, le plus souvent en pleine lumière et dans des lieux exposés : cime des arbres, avancée de toit, façade d’immeuble… Il peut cependant nicher dans des endroits plus obscurs en début d’année, mais cela reste rare. Le nid est donc souvent bien visible depuis l’extérieur

L’apparition des femelles fondatrices printanières

  • Dans le cas du Frelon Européen, les fondatrices apparaissent tard dans la saison (fin avril ou début mai). Pour le Frelon Asiatique, l’apparition a lieu bien plus tôt et à la fin de l’hiver (courant mars, voir fin février quand le printemps est précoce dans les régions les plus au Sud).

Différence de comportement

  • Dans le cas du Frelon Européen, les fondatrices apparaissent tard dans la saison (fin avril ou début mai). Pour le Frelon Asiatique, l’apparition a lieu bien plus tôt et à la fin de l’hiver (courant mars, voir fin février quand le printemps est précoce dans les régions les plus au Sud).

  • Le Frelon Asiatique est plus agressif que son cousin Européen et beaucoup plus agile en vol. Il est capable d’effectuer des vols stationnaires pendant de longues durées devant les ruches. Contrairement à l’Européen, il est capable d’attaquer en groupe et en rafale ce qui occasionne de multiples piqûres. Il représente un véritable danger pour les Abeilles.

    Le Frelon Européen est plus pacifiste et attaque seulement s’il se sent menacé. Il est aussi capable de voler la nuit alors que l’Asiatique reste confiné dans le nid et ne présente aucun intérêt pour la lumière artificielle. Il a aussi le mérite de s’attaquer à la fausse teigne de cire :  un insecte qui nuit considérablement aux ruches.

Ils nous font confiance

error: Content is protected !!